Enfin, on remarque que le rétroéclairage RGB est plutôt discret. Il se concentre sur la molette et l’arrière de la souris. Si on trouve bien les 16,8 millions de couleurs disponibles, Roccat propose moins de choix d’animations que la concurrence (Mamba de Razer, par exemple). On peut afficher un éclairage fixe, clignotant ou respirant, et choisir une couleur différente pour chacune des deux zones. Comme chez Razer et Corsair, on peut synchroniser la lumière de tous ses appareils Roccat. Il faudra attendre que les développeurs intègrent la fonction RGB à leurs jeux pour vraiment profiter de cette technologie.

PRÉCISION 4/5

La Kova embarque un capteur Pro-Optic R6 d’une sensibilité de 3 500 dpi. Grâce au microcontrôleur Turbo Core V2 32 bits ARM, on double cette sensibilité pour atteindre 7 000 dpi, réglables sur cinq niveaux. Si l’on a tendance à préférer les capteurs laser, plus précis et surtout utilisables sur toutes les surfaces, celui de la Kova présente des résultats très satisfaisants. 7000 dpi permettent de délivrer des mouvements rapides et précis du pointeur de la souris en bougeant très peu la main et le poignet, même sur un écran 4K. On ne note aucun décrochage en jeu, même au bout de quelques heures à trucider des goules sur Fallout 4. Attention toutefois, si vous jouez sur une surface réfléchissante, le tapis est obligatoire.
Il est possible de régler la fréquence de rafraîchissement sur 125, 250, 500 ou 1000 Hz, même s’il devient de moins en moins utile de la baisser au vu des configurations actuelles. La souris se règle automatiquement sur 1000 Hz, comme toutes ses concurrentes récentes. Il faudra la baisser à 500 Hz si vous constatez des ralentissements ou des à-coups dans le déplacement du pointeur une fois le jeu lancé.

Logiciel Roccat


Le logiciel Swarm est disponible sur le site de Roccat. Il suffit de brancher la Kova et d’accepter les quelques mises à jour pour accéder au menu. On apprécie l’onglet principal qui permet de régler sur la même page la plupart des paramètres de la souris (attribution des boutons, niveaux de sensibilité, vitesse du pointeur et rétroéclairage).
En fouillant un peu dans les options, on trouve des fonctionnalités plus poussées, comme la création de profils ou de macros pour chaque jeu, par exemple. Mention spéciale à l’option « retours sonores » qui émet une alerte tonitruante quand on change de palier de sensibilité ou quand on monte ou descend le son via la souris. Après avoir joué avec quelques instants, on aura tôt fait de la désactiver pour limiter les risques de crise cardiaque, mais l’idée est intéressante.

 

Caractéristiques

FormePour droitier
ConnexionFilaire
CapteurOptique
Fréquence1000Hz
Nombre de boutons11 programmables
MoletteOui, multi-directionnelle
Câble2m
Rétro-éclairageOui, RGB
Dimensions11,5 x 6,8 x 4 cm
Poids86.2 grammes

 

 

Points fortsPoints faibles

  • Ambidextre
  • Bonne prise en main.
  • Finitions impeccables
  • Design revisité
  • Simple d’utilisation
  • Sensibilité réglable à la volée
  • Logiciel très complet et ergonomique
  • Bon capteur optique
  • Grands patins
  • Pas de grips latéraux.
  • Salissante
  • Peu d’options RGB.

 

Notes

Ergonomie5 étoiles
Précision5 étoiles
Qualité5 étoiles
Conclusion5 étoiles